CONTACT !
boutique
<< accueil blog

Philosophie estivale…

hors catégorie
Philippe Schwab nous livre une réflexion philosophique estivale

Le calme et la chaleur peuvent être propices à un peu de philosophie…

Une portion variable de nos paysages est constituée de prairies *, ces espaces plus ou moins sauvages dans lesquels il y a de l'herbe et peu ou pas d'arbre ; Yolande et moi, on adore !
En fait, plutôt que de parler d'herbe au singulier, on devrait dire des herbes tellement la famille des graminées comporte de genres et d'espèces. Prenez par exemple le genre pâturin, cette plante herbacée très commune et notamment utilisée comme fourrage : 500 espèces !

Pour rester dans le registre culture générale - elle est où la philosophie annoncée ?? - cet article a été l'occasion d'apprendre que pâturin se dit bluegrass en anglais et que cette herbe a donné son surnom à l'état du Kentucky aux Etats-Unis : the Bluegrass State (c'est aussi un type de musique country).

Philosophique ?

Justement, en parlant de plantes herbacées, j'ai lu quelque part que les jours de l'être humain sont comme le pâturin

Oula !

Pensée philosophique #1
Ce sont les jours qui sont comme le pâturin et non l'être humain lui-même.
Cela veut sans doute signifier qu'en terme de valeur intrinsèque, on vaut vraiment quelque chose même si notre vie - nos jours - est finalement éphémère.

Pensée philosophique #2
Cela peut paraître déprimant mais oui, il est bon de se rappeler que notre passage sur terre est éphémère. Qui n'a jamais pensé et exprimé : "Punaise, le temps passe tellement vite ! J'ai 52 ans sur le papier mais dans ma tête…". Conséquence immédiate : profiter de l'instant présent (vive la psychologie niveau Télé 7 jours !) et s'efforcer de ne pas gâcher celui-ci, par exemple, en se laissant aller à son mauvais caractère…

Pensée philosophique #3
Comme pour tout dans la vie, dont le pâturin, il y a des saisons.
Il y a un temps de gestation, d'éclosion, de floraison, de 
maturité. Puis vient le temps où ça se fane, ça dessèche, ça meurt finalement… pour finalement renaître.

Pensée philosophique #4
Comme pour le pâturin qui existe en de multiples espèces, nos jours en tant qu'être humain - nos vies - prennent des tournures différentes, spécifiques ; chacun est en chemin… Comme pour le pâturin, on peut être tout à tour un bon gazon et de foutues mauvaises herbes ; on parle de comportements, là !!

Le vautour ?

Pour finir, dans la même lecture, le texte continue : "Ta jeunesse se rénove comme le vautour". What ?!?
Charognard, le vautour peut sembler être symbole de mort mais il peut représenter aussi une force vitale de régénération, comme chez les Maya ou en Afrique Noire.

Notre philosophie estivale se termine donc très bien.
Tout en se rappelant notre finitude, nous sommes encouragés à vivre pleinement nos saisons de vie - certaines plus agréables que d'autres - et à voir dans nos évolutions le cycle de la vie.

Bon.

Si cet article vous a quand même mis un peu le moral à terre, un bon morceau de bluegrass, au tempo forcément très vif, devrait arranger tout ça !


* ça fait penser à l'excellent morceau de Mark Knopfler (ici, en live aux arènes de Nîmes en 2010) : Prairie Wedding.