CONTACT !
boutique
<< accueil blog

Lâcher-prise en baie de Somme

route du soi
Yolande et Philippe Schwab en baie de Somme : expériences de lâcher-prise

Notre semaine de vacances en baie de Somme début septembre a, entre autre, été le théâtre de multiples micro-expériences de lâcher-prise
Bien sûr, les tempéraments font que certains sont naturellement plus philosophes que d'autres ; chez nous c'est tour à tour Yolande ou moi qui devons batailler avec notre côté contrôlant mais sur des sujets différents.

Passons de suite à la conclusion que tout le monde connaît : ne pas savoir lâcher-prise revient à tout gâcher, que ce soit une semaine de congés, un dîner en amoureux ou le trajet domicile-travail.

Quoi ? En baie de Somme ?!

C'est une destination reconnue et à juste titre mais ce n'était pas vraiment le plan initial pour notre semaine de vacances : rien à voir avec la Corse et ses sentiers GR20 ou autre Tra mare et monti !
Ce fut donc un premier lâcher-prise, surtout pour Yolande, qui vit plutôt mal que les pépins physiques contrarient nos plans de randonnées en haute montagne.

Tout est planifié ?

Eh bien non ! Moi Philippe, apprécie arriver sur place avec au moins une liste d'activités, de circuits et en ayant pensé au matériel et équipements adéquats. Cette fois-ci, pour cause de travail jusqu'à la veille du départ, presque rien de tout cela avec comme résultat, la tentation de râler en confirmant une croyance : "tu vois, quand ce n'est pas préparé, c'est la galère !" :

  • traversée de la baie à pied et à marée basse : pas les chaussures adaptées et j'ai dû acheter précipitamment une paire de bottes, la dite paire qui a déclenché de suite chez le guide une remarque très encourageante : "vous allez prendre l'eau et vous allez les perdre dans la vase".
  • char à voile : là encore, une vieille paire de baskets ou des chaussons néoprène - que l'on a à la maison en plus ! - auraient été plus adaptés que nos running quasiment neuves…

Résultat ?
Avec mes bottes courtes, je suis l'un de ceux qui s'en est le mieux tiré pour la traversée de la baie et les 3 heures de char à voile ont permis un nettoyage et dessalage complets de nos 2 paires de running.

"Y'a qu'à nous que ça arrive !"

Ce n'est pas ce qu'on a dit, car les leçons de lâcher-prise, et avec elles le cortège d'humour et de sérénité, commençaient déjà à porter leurs fruits mais on aurait pu le dire !

  • tour en zodiac de 12 personnes pour explorer la baie et ses phoques : après 10 minutes de trajet, un des moteurs tombe en panne et plus de radio… retour au port à toute petite vitesse, sortie annulée.
  • circuit en vélo électrique direction la pointe du Hourdel : Yolande crève en pleine campagne après une heure de trajet ; on a dû appeler nos hôtes qui sont venus nous ramener à la maison.

Résultat ?
La sortie en zodiac a eu lieu le lendemain avec une météo perturbée et une houle assez forte : de bien meilleures sensations sur l'eau et des contrastes de couleurs ciel-terre magnifiques, tout en ayant observé les phoques.
La sortie en vélo s'est muée en trajet voiture et balade sur le sentier du littoral qui nous a permis d'être bien plus proches de la mer, objet quand même prioritaire pour nous strasbourgeois…

Morale de l'histoire

Notre vie est faite principalement de micro-événements que l'on peut choisir - il faut le décider ! - de transformer en micro-expériences : autant d'occasion de progrès dont les bénéfices sont immédiatement visibles et perçus pour soi et son entourage.
Lors du trajet de retour, j'ai demandé à Yolande : "Je trouve que je n'étais pas trop chiant, non ?". Réponse : "Non ça va, tu as fait des efforts…".