Laisser "planter le système"…

côté pro
Laisser planter le système

Imaginons :
Je suis pizzaiolo, je suis plutôt bon et j'ai vraiment à coeur mon travail. Ce n'est pas mon restaurant mais je me défonce comme si j'en étais propriétaire. Je fais le maximum – et même au-delà – pour préserver qualité et rapidité… avec le sourire s'il-vous-plaît !

De plus en plus souvent et maintenant de manière régulière, ça devient un peu très très compliqué : c'est le fils du patron qui prépare les ingrédients et – comment dire ? – ce n'est pas une flèche, quoi… et il manque une personne en salle. Mais j'ai une conscience professionnelle et la satisfaction des clients, c'est sacré.

Alors, je viens – encore – un peu plus tôt pour prendre de l'avance côté ingrédients, j'augmente – encore – ma productivité et je déploie même une énergie folle en salle pour aider ma collègue.
Mon patron voit bien que c'est "un peu tendu" mais bon, ça a l'air de tenir et il n'est pas question de stresser son fils ni d'embaucher en salle.

Le système tourne encore… ouf !

Et si je le laissais se "planter" ?

Comprenons-nous bien. Je ne veux que du bien au restaurant et je ne veux pas le faire planter. J'ai juste décidé de le laisser se planter tout seul…

Comment ?
J'ai atteint mes limites et suis allé même au-delà. Dorénavant, je reste très impliqué mais je veux me préserver et éviter un burn-out. Je ne prépare plus les ingrédients à la place du fils du patron et, même si je continue de donner un coup de main en salle, je le fais beaucoup moins souvent et seulement si ce n'est pas au détriment de ma propre mission.

Conséquences ?

  • Je me sens beaucoup mieux ; ce n'était plus tenable, je respire à nouveau et je suis beaucoup plus agréable à la maison, en rentrant du service ;
  • ça bataille dans ma tête : "t'es égoïste, où est ta conscience professionnelle ? t'as vu les problèmes générés au restaurant ? tu ne fais que le minimum syndical désormais, c'est ça ?" ;
  • j'ai été convoqué par le patron : "j'entends que les clients se plaignent de la lenteur du service, qu'est-ce que tu fous ? et c'est quoi ces avis négatifs sur Tripadvisor ??".

Ce qui m'a aidé…

  • Je m'étais préparé à devoir "m'expliquer" sur les "plantages" ; j'ai expliqué les difficultés rencontrées (sans accuser personne), ce que j'ai mis en place pour y faire face et les limites incompressibles ; j'ai rappelé mon implication et exprimé ma tristesse vis-à-vis des insatisfactions clients et avis sur Internet ;
  • en laissant le système se planter tout seul, je lui ai permis d'avoir une information salutaire sur ses conditions réelles de fonctionnement et donné l'occasion à mon patron de se rendre compte des décisions qu'il devrait prendre (ce sont les clients eux-mêmes qui lui ont dit d'embaucher !) ;
  • en me préservant ainsi – de manière équilibrée, je trouve – j'évite un burn-out qui aurait été bien plus dommageable pour tout le monde et coûteux pour le restaurant !

Oui, j'ai compris.
A un moment donné, pour moi et pour lui, je dois laisser planter le sytème.


Idéalement, ce pizzaiolo passe évidemment par les étapes ci-dessus de manière progressive… Un coaching avec Yolande ou Philippe peut aider ;-)